[La Belle-Iloise] Sardines Saint-Georges – 4 ans d’age

Année de dégustation : 2017

Dans la gamme de Sardines de la conserverie La Belle-iloise, les sardines Saint-Georges ont déjà fait l’objet d’une dégustation. Toute la différence est qu’il s’agit ici d’une boite de 2013, dégustée après 4 ans de maturation.

Comme pour toute la gamme, les zones de pêche sont en principe le long des côtes françaises et la technique employée est la bolinche. Le poisson est préparée frais, cuit à l’huile de tournesol et préparé à la main.

Le verso est sommaire et ne nous donne que peu d’informations : le millésime (2013) et la DLC (01/08/2017), dont on peut déduire une pêche en août 2013. Notez d’ailleurs que la DLC est passée au moment de la dégustation. L’ovale indique lui l’origine du produit, le « 29 » fait référence au Finistère : elles ne sont donc pas produites à Quiberon.

La mise en boite est impeccable : des poissons argentés qui remplissent bien la boite. L’huile d’olive a pris une belle couleur dorée. Notons que la boite est dans un métal bien dur.

En bouche, la chaire est très tendre, elle fond entre le palais et la langue, libérant les arômes : une huile d’olive bien fruitée et un poisson très gouteux. Que demander de plus ? Achetée moins de trois euros la boite 4 ans plus tôt, j’ai dégusté aujourd’hui d’excellentes sardines. Il me reste quelques boites de 2013, j’y reviendrai…

coeur_sans_sardine  Ma note 100% subjective : 5/5 (coup de cœur de l’auteur)
Voir la liste de nos dégustations

Publicités

[Phare d’Eckmühl] Sardines au piment d’Espelette bio

Année de dégustation : 2017

Cette boite de sardines Le Phare D’Eckmülh au piment d’Espelette Bio est produite par la conserverie Chancerelle. La conserverie est aussi propriétaire entre autres de Connetable et produit 30-40 millions de boites de sardines/an. Il s’agit de la gamme « responsable » de l’industriel : label MSC et ingrédients bio certifiés. Ces sardines sont aisément trouvables en épicerie bio pour 3.50 euros environ.

A l’exception des sardines et du sel, les ingrédients sont d’origine biologique. La préparation est indiquée à l’ancienne, ce qui, en Bretagne signifie que le poisson est préparé frais et cuit à l’huile. Mais pourquoi avoir ajouté du concentré de tomates dans des sardines au piment ? Mystère.

La DLC étant en mai 2020, il s’agit probablement d’une pêche de mai 2015 (Chancerelle pratique habituellement une DLC de 5 ans). L’origine de la pêche est clairement indiqué : Atlantique Nord Est, soit une zone allant de l’Espagne au Groenland et du Groeland jusqu’aux côtés russes. Elle inclut donc les côtés bretonnes certifiées MSC.

La mise en boite est moyenne : on y découvre des poissons quelques peu abimés et peu argentés. La boite contient des petits morceaux de poivrons mais je n’ai pas trouvé de piment entier, comme c’est le cas dans certaines préparations.

En bouche, les sardines s’avèrent peu moelleuses. Le goût dominant est malheureusement celui du concentré de tomates, avec en arrière plan le poivron et le piment qui se révèle sur la fin. L’huile d’olive est complètement absente gustativement. Rien de formidable donc pour ces sardines qui se distinguent surtout par leur préoccupation environnementale.

Ma note 100% subjective : 2,5/5
Voir la liste de nos dégustations

 

[Phare d’Eckmühl] Sardines à l’huile d’olive vierge extra bio et au citron bio à teneur réduite en sel

Année de dégustation : 2017

La gamme Phare d’Eckmühl est la favorite des boutiques bio. La marque appartient à Chancerelle (Connétable entre autre) qui produit 30-40 millions de boites de sardines/an. Elle bénéficie du label Pêche Durable MSC et d’ingrédients issus de l’agriculture biologique. Ces sardines à l’huile d’olive vierge extra bio et au citron bio à teneur réduite en sel sont facilement trouvables dans le réseau bio pour 3.50 euros environ.

La différence entre ces sardines et celles dégustées il y a peu de temps (les sardines à l’huile d’olive vierge extra bio et au citron bio Phare D’Eckmühl) tient uniquement à la teneur en sel : 0.3g ici contre 1g pour les petites sœurs. Eh oui, la sardine est un met salé puisqu’une boite fournit 20% de la quantité de sel quotidienne maximum recommandé par l’OMS (5g).

La date de pêche sur la boite est absente : nous la déduirons donc de la DLC. Cette boite de sardines a une DLC en avril 2020 et je penche donc pour une pêche en 2015 (Chancerelle pratique habituellement une DLC de 5 ans).

Le travail de mise en boite est moyen : des sardines pas spécialement jolies et abimées par endroit.

En bouche, la chaire est ferme et manque vraiment de moelleux. Le citron est très discret, peu acide et peu agressif (cela tombe bien, je l’aime ainsi). Si la première impression en bouche est plutôt fade, les goût du citron et de la sardine se révèlent ensuite. L’huile d’olive possède un fruité léger qui peine pour sa part à donner de l’arôme : dommage. Au final, la faible quantité de sel rend ces sardines intéressantes gustativement : en effet, les arômes sont différents et plus fins que les arômes habituels, sans éblouir vous l’aurez compris. Les labels MSC et Bio parachèvent l’intérêt de ces sardines.

Ma note 100% subjective : 3/5
Voir la liste de nos dégustations