[Fish4Ever] Sardines pimentées aux tomates séchées et olives biologiques

Année de dégustation : 2019

Ces sardines pimentées aux tomates séchées et olives biologiques sont produites par Fish4ever (entreprise anglaise). Ce bocal m’a été offert à Noël. Il est vendu environ 11 euros pour 154g net : ce qui le classe dans le très haut de gamme en terme de prix.

Ces sardines sont accompagnées d’ingrédients issus de l’agriculture biologique, certifié par CRAEGA ES-ECO-022-GA (c’est indiqué sur le petit livret gris qui accompagne le bocal).

Fish 4 Ever milite pour une pêche durable non industrielle et s’oppose ainsi au label MSC qui permet la pêche industrielle. La vidéo ci-dessous explique l’engagement en matière de développement durable de la marque.

 

Le fond du bocal donne plusieurs informations : une DLC dont on pourrait déduire une date de pêche, mais je ne m’avancerai pas là-dessus cette fois-ci (voir ci-dessous).

Elle donne également un numéro « This Fish » qui permet une traçabilité du poisson pêché. Saluons la transparence de la conserverie. Qu’est-ce que cela dit pour notre bocal ?

Il s’agit d’une pêche de type « Senne », donc un filet qui encercle le banc de poissons (comme la bolinche). Le site donne un peu plus de détails ici. Elle a été réalisée en septembre 2017 (rien à voir avec la DLC…) et débarquée au Maroc (Laayoune). Certes la méthode n’est pas destructrice pour les fonds marins et doit profiter localement aux pêcheurs, mais il s’agit quand même de poissons importés sur quelques centaines de kilomètres pour être produit en Espagne par une boite anglaise… On sait que l’exportation massive d’une denrée appauvrit les stocks et c’est déjà le cas pour les sardines des côtes du Maroc.

Côté mise en bocal, les sardines sont en partie abimées. Les ingrédients sont présents en grand nombre : beaucoup de tomates, d’olives et des piments.

En bouche, la chaire, rose, est un peu ferme. Le piment est assez doux. Les tomates, les olives, l’huile fruitée et le piment donnent un bon goût à ces sardines… reste que le goût du poisson est peu présent, ce qui est bien dommage. Les aromates rattrapent bien le coup mais c’est avant tout des sardines que je suis venu chercher !

Je ne sais que penser de cette conserve : il y a un vrai effort de transparence (c’est ce que j’ai vu de mieux)  et une démarche globale de l’entreprise positive, saluée par exemple par Greenpeace (pour le thon). Mais faire venir des sardines du Maroc n’est ni très soutenable environnementalement, ni très souhaitable gustativement. Sans parler du fait qu’elles sont tout de même vendues très chères…

Ma note 100% subjective : 3/5
Voir la liste de nos dégustations

Publicités

[Angelachu] Sardina en aceite de oliva – Sardinilla – Petites sardines à l’huile d’olive

Année de dégustation : 2019

Ces petites sardines de la Conservas Angelachu sont produites dans le nord de l’Espagne. La conserverie est surtout connue pour ses anchois. J’ai acheté cette boite sur le site du comptoir du Portugal pour 4.90 euros (une boite très haut de gamme donc).

Il y a peu d’information sur les poissons pêchés… le site web (très beau), comme le verso de la boite, nous apprend uniquement qu’il est recommandé de déguster ces sardines en sandwich. Ce que je ne vous recommande pas pour ma part ! Il n’y a rien également sur la méthode de préparation. Vous trouverez par contre des informations sur la conserverie sur le site du comptoir du Portugal (lien).

Comme souvent en Espagne, je ne sais pas trop quoi déduire de la DLC… je garde ces sardines depuis 2017 dans mon placard. Elles sont au moins de 2016.

A l’ouverture, la qualité de la mise en boite est clairement visible. Les sardines sont impeccables au-dessus, exposées sur leur dos argenté… mais elles le sont moins en dessous ! Elles sont très serrées dans la boite, il y a deux épaisseurs de sardines et très peu d’huile d’olive.

En bouche, elles sont peu moelleuses certainement à cause du peu d’huile dans la boite. Sur des petits poissons, cela ne se sent pas trop. En plus d’être peu présente dans la boite, l’huile d’olive a un goût très discret. Ces sardinilla sont en fait marquées par un très bon goût de poisson qui fait tout leur intérêt : les arômes de la chaire de la sardines dominent en effet largement.

Ma note 100% subjective : 4/5
Voir la liste de nos dégustations

 

[Ortiz] Sardines à l’huile d’olive bio – Sardinas en Aceite de Oliva Ecologico

Année de dégustation : 2019

 

Ces sardines à l’huile d’olive bio Ortiz ont été achetées dans une boutique bio pour un peu moins de 5 euros (pour 140 gr en poids net contre 100g dans les boites de sardines classiques).

Ces sardines sont préparées à l’ancienne : tout est fait à la main et les sardines sont cuites dans l’huile. Elles contiennent moins de sel que les 1g habituel (0.7g). La certification bio est réalisée par un organisme dénommé ENEEK.

La DLC donne 2024, ce qui ne nous dira pas grand chose sur l’année de production.

Vous le voyez sur les photos, les sardines sont en très bon état, même une fois déposées dans l’assiette.

Ces sardines sont tendres et déjà un peu confites. L’huile d’olive a un arôme fruité très agréable. L’ensemble a très bon goût. Elles me rappellent beaucoup les sardines à l’huile d’olive en conserve d’Ortiz dégustées en 2016 : des produits très soignés et de très bonne qualité.

 

coeur_sans_sardine  Ma note 100% subjective : 5/5 (coup de cœur de l’auteur)
Voir la liste de nos dégustations

[Berthe – Conserverie Ramirez] Filets de sardines à l’huile d’olive vierge extra

Année dégustation : 2018

J’ai acheté cette boite de passage à Vienne (France) dans une épicerie. Ces filets de sardines Berthe sont produits par la conserverie Ramirez. Le comptoir du Portugal fournit un descriptif de la conserverie sur sa fiche. Vous y apprendrez entre autre que le producteur d’origine a fermé en 1971 et que la conserverie Ramirez gère aujourd’hui la marque Berthe.

La conserverie Ramirez commercialise, en plus de sa propre marque et de Berthe, également les marques Cocagne et La Rose. Vous trouverez sur la site de la conserverie (entièrement en français) un descriptif (commercial) de l’histoire de l’entreprise Ramirez.

Le film ci-dessus date de 2013 et donne un aperçu de l’ancien site de production ainsi que quelques vieilles photos.

Le nouveau site, ci-dessus, est équipé pour protéger l’environnement (récupération eau de pluie, panneau solaire…).

Avec une DLC en juin 2023, nous pouvons déduire une date de pêche hypothétique en juin 2018. Ces sardines sont donc bien jeunes. La boite ne nous en dira pas plus sur l’origine du poisson.

Remarquez la présence d’olives dans les composants.

La boite est bien pleine et les filets sont entiers.

L’odeur a l’ouverture de la boite est marquée par l’amertume. Les filets sont peu fondants, surement du fait de leur jeune age. Le goût de poisson est faible…il est en fait largement dominé par le fruité d’olive. Le mélange d’huile d’olive et d’olives est bon mais très puissant et masque les arômes marins. Je vais mettre une boite de côté pour y revenir plus tard.

Ma note 100% subjective : 3/5
Voir la liste de nos dégustations

 

[Pain de Mer] [Pan Do Mar] Sardines à l’huile d’olive biologique

Année de dégustation : 2018

Ces sardines à l’huile d’olive bio Pan Do Mar sont distribués en France par Accent Bio. Je les ai achetées dans une boutique bio lyonnaise pour environ 3.00 euros (je ne sais plus exactement, navré).

La conserverie est espagnole (Conservas Antonio Pérez Lafuente S.A. ou Pan Do Mar) et est située proche de Saint-Jacques de Compostelle.

L’équipe de production (image issue du site de la conserverie)

Pan Do Mar met en avant la soutenabilité de la pêche : les sardines sont comme en Bretagne pêchées à la Bolinche. D’ailleurs les deux boites photographiées contiennent des poissons issus de zones différentes :  la Manche Ouest (Zone FAO 27.VII.e) ou les côtes ibériques (Zone FAO 27.IX.a, voir ce document pour une synthèse). La dégustation concerne la seconde boite. L’origine du poisson est très bien renseignée.

Notons le bon point nutritionnel avec un taux de sel de 0,65g

 

Les certifications d’usage pour le bio et la pêche durable sont indiquées ici.

Je ne comprends rien à la DLC (date de durabilité) sur la conserve … mais pour les sardines, on s’en moque un peu. Il y a une date sur le recto de la boite (01/06/2023), ce qui doit correspondre à une DLC de 5 ans. Il s’agit donc certainement d’une pêche de 2018.

Le site indique que les sardines sont préparées à la main et, plus surprenant, frites dans l’huile d’olive bio : « … frites et conditionnées dans de l´huile d´olive extra vierge de première pression à froid provenant de l´agriculture biologique certifiée.« . Étonnant.

A l’exception de la sardine en premier plan, les sardines sont en bon état.

En bouche, le poisson est moyennement fondant (ce qui est logique pour une pêche de 2018). L’huile est fruitée et possède un goût agréable que les sardines ont commencé à prendre. J’ai apprécié ces sardines responsables que je vais faire vieillir pour y revenir plus tard.

Ma note 100% subjective : 4/5
Voir la liste de nos dégustations

[Emperatriz] Sardines à l’huile d’olive – Sardine all’olio d’olivio

Année de dégustation : 2018

Ces sardines à l’huile d’olive de la conserverie Emperatriz ont été achetées chez Grand Frais pour 3,49 euros. La conserverie espagnole Emperatriz est spécialisée dans la mise en bocal aussi bien de poissons, que de légumes ou de champignons. Ils produisent également des conserves métalliques et des barquettes. Leur catalogue est énorme.

Avec 0.5g de sel, ces sardines sont les moins salées que j’ai dégustées. Un bon point diététique.

Il est possible de déduire de la DLC une date de pêche en juillet, dans la saison. Je n’ai rien trouvé sur l’origine du poisson. La pêche serait de 2016 ou de 2017. J’ai pris le bocal avec la DLC la plus proche, il y avait surtout des DLC en 2022 (donc surement une pêche de l’année).

A l’ouverture du bocal, une bonne odeur se dégage. Les poissons sont en bon état à une exception près.

En bouche les sardines se désagrègent plus qu’elles ne fondent entre la langue et le palais. L’huile d’olive a un fruité agréable. La chaire est quant à elle fade : elle n’a pas pris le goût de l’huile et a beaucoup perdu de son propre arôme. Je ne suis guère emballé.

Ma note 100% subjective : 1,5/5
Voir la liste de nos dégustations

[Conserverie Courtin] Sardines à l’andouille de Guémené

Année de dégustation : 2018

Cette boite de sardines à l’andouille de Guémené de chez Courtin est commercialisée sur le site de la conserverie pour 4,95 euros. Une recette similaire existe chez Capitaine Cook. Cette boite m’a été offerte.

L’huile présente dans la boite est une huile de tournesol. Les valeurs nutritionnelles donnent un taux de sel important : 1.22g (sans doute liée à la charcuterie). La composition de l’andouille indique l’usage d’un colorant : E150d, a priori un caramel inoffensif… Wikipédia nous indique que : « Le colorant caramel au sulfite d’ammonium (Classe IV) E150d est préparé par chauffage contrôlé de glucides définis pour le caramel ordinaire, avec ou sans acides ou bases, en présence des composés de sulfite et d’ammonium : acide sulfureux H2SO3, sulfite de potassium K2SO3, bisulfite de potassium KHSO3, sulfite de sodium Na2SO3, bisulfite de sodium NaHSO3, ammoniaque NH4OH, carbonate d’ammonium (NH4)2CO3, bicarbonate d’ammonium NH4HCO3, phosphate d’ammonium (NH4)3PO4, sulfate d’ammonium (NH4)2SO4, sulfite d’ammonium (NH4)2SO3 et bisulfite d’ammonium NH4HSO3. ». Bon appétit !

Le dos de la boite contient pas mal d’informations de traçabilité. Il s’agit d’une pêche de septembre 2016 débarquée à Lorient.

La conserverie est située non loin de là à Trégunc, à proximité de Concarneau dans une belle usine en forme de bateau.

Courtin produit des sardines « à l’ancienne » donc cuites à l’huile fraiches et mises en boite à la main.

En boite, les sardines sont très serrées. L’andouille est située sous le poisson : il s’agit d’un beau morceau qui remplit quasiment tout le fond de la boite.

En bouche, le poisson est ferme, car peu immergé dans l’huile et a fortement le goût de l’andouille, ce qui n’est pas au mien ! Le tout est assez relevé en sel. Du coup, je n’ai pas du tout aimé. Alors, j’ai partagé la boite entre mes 2 enfants… oui, je suis un père indigne qui donne ses restes à ses enfants ! Eux ont adoré et ont fini la boite avec entrain. Si vous aimez la charcuterie, le produit est plutôt de qualité. Si comme moi, vous pensez que cela n’a pas sa place dans une boite de sardines, passez votre chemin.

Ma note 100% subjective : 1,5/5
La note de mes enfants 100% subjective : 4/5
Voir la liste de nos dégustations

 

[Les Mouettes d’Arvor] Sardines à l’huile d’olive – Route du rhum – 4 ans d’age

Année de dégustation  : 2018

Ces sardines Les Mouettes d’Arvor à l’huile d’olive ont été produites pour l’édition 2014 de la course transatlantique la Route du Rhum (qui a lieue tous les 4 ans). Elles sont vendues 3.80 euros sur le site de la conserverie Gonidec (qui possède Les Mouettes d’Arvor). La conserverie réalise nombre de séries spéciales millésimées pour les événements bretons.

Ces sardines sont cuites à l’huile et emboitées à la main. L’utilisation de poissons frais ne semblent pas garantie même si le site indique que la conserverie travaille avec les bolincheurs concarnois afin de respecter la fraîcheur du poisson.

La DLC est de 10 ans. Cette boite manque de traçabilité sur la date de pêche et l’origine de la pêche.

En boite, les sardines sont quelques peu abimées. La boite est en métal épais et la couleur dorée de l’huile met en appétit.

En bouche, les sardines sont moelleuses mais friables. L’huile d’olive possède un fruité léger qui a imprégné le poisson. Le tout a un bon goût, mais rien d’extraordinaire. Les sardines manquent de gras, ne sont pas assez confites par une huile suffisamment gouteuses malgré les 4 années en boite.

Ma note 100% subjective : 3/5
Voir la liste de nos dégustations

 

 

 

[Compagnie Bretonne du Poisson] Sardines à l’huile d’olive millésime 2014 – 4 ans d’age

Année de dégustation : 2018

 

Aujourd’hui j’ouvre une boite qui séjourne dans mon placard depuis 4 ans : ces sardines La Compagnie Bretonne du poisson à l’huile d’olive bio millésime 2014 ont donc 4 ans d’age (elles ne sont plus vendues sur le site de la conserverie).

Une peinture de Michael Weston avec un fond à la Rothko et une sardine non réaliste orne la boite. Personnellement, j’aime beaucoup.

L’huile est bio (norme Fr-Bio-10), les sardines fraiches et la méthode de préparation traditionnelle (pour la Bretagne, cela veut dire cuites à l’huile). La traçabilité est ce qui se fait de mieux en matière de conserve de sardines : le bateau, l’année de pêche et le port de débarquement figurent sur la boite. La DLC nous permet de déduire que la pêche fut réalisée en août : en plein dans la saison. La DLC est d’ailleurs dépassé depuis un mois lors de la dégustation.

Les photos parlent d’elles-mêmes : trois sardines sur quatre sont abimées. La couleur de l’huile est par contre bien sympa : brunie par les 4 années qu’elle a passé en compagnie du poisson, elle a presque une couleur doré.

En bouche, la chaire est très fondante, grasse à souhait. Le puissant fruité de l’huile d’olive domine d’abord puis le goût du poisson confit apparait. Le poisson s’est bien imbibé de l’huile et le tout fond dans la bouche en libérant un festival de gras très aromatique. Je ne regrette pas du tout d’avoir ouvert cette boite. Excellent.

Ma note 100% subjective : 4,5/5
Voir la liste de nos dégustations

[Phare d’Eckmühl] Sardines au tartare d’algues bio

Année de dégustation : 2018

Les sardines au tartare d’algues bio Phare d’Eckmühl sont en général disponibles dans le réseau « bio ».  Elles sont vendues autour de 4 euros (cette boite m’a été offerte). La marque appartient à Chancerelle (Connétable entre autre) qui produit 30-40 millions de boites de sardines/an.

Ces sardines disposent du label MSC encadrant le principe d’une pêche responsable (même s’il a été parfois critiqué). L’indication bio fait référence à la norme FR-BIO 10. La boite nous informe que 19% des ingrédients d’origine agricole sont bio… ça ne fait pas grand chose de bio dans cette boite !

La conserverie s’engage à pêcher « au cœur de la saison » du poisson au large des côtes bretonnes ou anglaises. Les sardines sont préparées à l’ancienne (cuites fraiches à l’huile).

La traçabilité est au rendez-vous : pêche en Atlantique Nord Est (comme annoncé plus haut). Par contre, la date de pêche est absente sur la boite : nous la déduirons donc de la DLC. Cette boite de sardines a une DLC en avril 2022 et je penche donc pour une pêche en 2017 (Chancerelle pratique habituellement une DLC de 5 ans). Si le « 05 » indique « mai », ce n’est pas vraiment le cœur de la saison…

Les sardines sont sombres mais plutôt en bon état en particulier au fond de la boite.

En bouche, ces sardines ne sont guère tendres (pour une pêche de 2017). Le goût est agréable : l’ensemble est bien relevé par les herbes présentes dans la boite et possède un petit goût « marin ». Les arômes du poisson et de l’huile d’olive ne sont pas écrasés par l’accompagnement. La boite aurait peut-être mérité de passer quelques années dans mon placard avant ouverture car je trouve la recette prometteuse.

Ma note 100% subjective : 3,5/5
Voir la liste de nos dégustations