[Les Mouettes d’Arvor] Sardines millésime 2015 à l’huile d’olive vierge extra – Ville bleue – 4 ans d’age

Année de dégustation : 2019

La dégustation du jour est une boite « événementielle » de chez Gonidec sous la marque les Mouettes d’Arvor de Sardines à l’huile d’olive vierge extra millésime 2015. Nous avions déjà ouvert une boite similaire de 2014. La version 2017 est vendue 3.80 euros sur le site de la conserverie.

La ville bleue fait référence à Concarneau.

J’aime beaucoup la peinture de Michel Costiou célébrant la mis en boite à la main.

 

Ces sardines ont une DLC de 10 ans, jusqu’en 2025. Elles ont été pêchées en 2015. Rien n’est indiqué sur l’origine du poisson. Elles sont mises en boite de façon traditionnelle (bretonne) : sardines fraiches, préparées à la main et cuites à l’huile.

 

 

Les sardines sont en bon état, sauf une très abimée. Elles présentent une belle face argentée. Un vide est présent à l’avant de la boite.

En bouche, elles sont assez fondantes. L’huile d’olive fruitée et peu amère se marie très bien aux sardines. Leur chaire, rosée, a du goût. Une bonne boite.

Ma note 100% subjective : 4/5
Voir la liste de nos dégustations

[Les Mouettes d’Arvor] Sardines à l’huile d’olive vierge extra – Festival Cornouaille Kemper 2015 – 4 ans d’age

Année de dégustation : 2019

Cette boite est le fruit du travail de la conserverie Gonidec, commercialisé sous sa marque Les Mouettes d’Arvor. Cette boite n’est plus disponible mais des produits similaires (non vieillis) sont vendues 3.80 euros sur le site de la conserverie.

 

Les poissons sont travaillées et emboitées à la main, après une cuisson à l’huile.

Les informations nutritionnelles sont normales et il n’y a pas d’informations de traçabilité.

 

La mise en boite est bonne : les 6 petites sardines sont juste légèrement abimées et la boite est bien pleine.

En bouche, ces sardines sont très fondantes. Elles ont un bon goût de poisson emprunt des arômes légèrement fuité et amer de l’huile d’olive.

Ma note 100% subjective : 4/5
Voir la liste de nos dégustations

 

[La compagnie bretonne du poisson] Sardines à l’huile d’olive, aux tomates séchées et au piment d’Espelette – variation 2015 – 4 ans d’age

Année de dégustation : 2019

J’avais déjà ouvert une de ces boites de sardines à l’huile d’olive, aux tomates séchées et au piment d’Espelette il y a trois ans (voir la dégustation ici). Je les avais trouvé encore un peu jeunes. Nous allons voir si les années aidant, le goût s’est amélioré. Cette « variation » n’est plus en vente aujourd’hui sur le site de la conserverie. J’avais acheté une dizaine de ces boites sur un salon au prix de 4,20 euros la boite.

La traçabilité des boites de la Compagnie Bretonne est bonne : année et bateau de pêche figurent sur toutes les boites. Avec une DLC en octobre 2019, nous pouvons déduire une date de pêche un peu tardive (octobre 2015) par le War Raog IV. Les sardines sont préparées de façon traditionnelle (bretonne) : des poissons frais travaillés à la main et cuits à l’huile.

La mise en boite est bonne. Les sardines présentent en partie leur face argentée. Des tomates séchées sont présentes au fond de la boite.

En bouche, les sardines sont très moelleuses, sans se désagréger. Elles étaient fermes lors de la dégustation de 2016. Les différents arômes se sont très bien mariés durant ces 4 ans en boite : poissons, tomates séchées et piments sont parfaitement équilibrés et tous ressortent. Le résultat est excellent. Notons que les tomates ont un vrai goût de tomates et non de concentré en boite. L’huile d’olive est par contre très discrète. L’amélioration par rapport à 2016 semble nette.

Ma note 100% subjective : 4,5/5
Voir la liste de nos dégustations

[Les Mouettes d’Arvor] Sardines à l’huile d’olive – Route du rhum – 4 ans d’age

Année de dégustation  : 2018

Ces sardines Les Mouettes d’Arvor à l’huile d’olive ont été produites pour l’édition 2014 de la course transatlantique la Route du Rhum (qui a lieue tous les 4 ans). Elles sont vendues 3.80 euros sur le site de la conserverie Gonidec (qui possède Les Mouettes d’Arvor). La conserverie réalise nombre de séries spéciales millésimées pour les événements bretons.

Ces sardines sont cuites à l’huile et emboitées à la main. L’utilisation de poissons frais ne semblent pas garantie même si le site indique que la conserverie travaille avec les bolincheurs concarnois afin de respecter la fraîcheur du poisson.

La DLC est de 10 ans. Cette boite manque de traçabilité sur la date de pêche et l’origine de la pêche.

En boite, les sardines sont quelques peu abimées. La boite est en métal épais et la couleur dorée de l’huile met en appétit.

En bouche, les sardines sont moelleuses mais friables. L’huile d’olive possède un fruité léger qui a imprégné le poisson. Le tout a un bon goût, mais rien d’extraordinaire. Les sardines manquent de gras, ne sont pas assez confites par une huile suffisamment gouteuses malgré les 4 années en boite.

Ma note 100% subjective : 3/5
Voir la liste de nos dégustations

 

 

 

[Compagnie Bretonne du Poisson] Sardines à l’huile d’olive millésime 2014 – 4 ans d’age

Année de dégustation : 2018

 

Aujourd’hui j’ouvre une boite qui séjourne dans mon placard depuis 4 ans : ces sardines La Compagnie Bretonne du poisson à l’huile d’olive bio millésime 2014 ont donc 4 ans d’age (elles ne sont plus vendues sur le site de la conserverie).

Une peinture de Michael Weston avec un fond à la Rothko et une sardine non réaliste orne la boite. Personnellement, j’aime beaucoup.

L’huile est bio (norme Fr-Bio-10), les sardines fraiches et la méthode de préparation traditionnelle (pour la Bretagne, cela veut dire cuites à l’huile). La traçabilité est ce qui se fait de mieux en matière de conserve de sardines : le bateau, l’année de pêche et le port de débarquement figurent sur la boite. La DLC nous permet de déduire que la pêche fut réalisée en août : en plein dans la saison. La DLC est d’ailleurs dépassé depuis un mois lors de la dégustation.

Les photos parlent d’elles-mêmes : trois sardines sur quatre sont abimées. La couleur de l’huile est par contre bien sympa : brunie par les 4 années qu’elle a passé en compagnie du poisson, elle a presque une couleur doré.

En bouche, la chaire est très fondante, grasse à souhait. Le puissant fruité de l’huile d’olive domine d’abord puis le goût du poisson confit apparait. Le poisson s’est bien imbibé de l’huile et le tout fond dans la bouche en libérant un festival de gras très aromatique. Je ne regrette pas du tout d’avoir ouvert cette boite. Excellent.

Ma note 100% subjective : 4,5/5
Voir la liste de nos dégustations

[La compagnie Bretonne du poisson] Sardines l’huile d’olive Bio – 4 ans d’age

Année de dégustation : 2018

Je reviens aujourd’hui sur les sardines à l’huile d’olive bio de la Compagnie Bretonne, ex-Compagnie Bretonne du poisson. J’avais dégusté ces sardines en 2015 lors de leur achat (3.60 euros) : elles sont restées trois ans dans mon placard. Voyons si cela valait le coup !

Ces sardines ont été pêchées en juillet 2014 au cœur de la saison par le War Roag IV (bateau rendu fameux par plusieurs reportages). On notera la bonne traçabilité des sardines de cette conserverie : ce n’est pas si courant. La boite est périmée depuis le 18 juillet 2018 : c’est ce que j’attendais !

Ce sont des sardines bretonnes préparées traditionnellement : travaillées fraiches, cuites à l’huile et mises en boite manuellement.

On notera un taux de sel inférieur à 1g et l’utilisation d’une huile d’olive bio, ce qui est un double bon point diététique et environnemental.

Les cinq sardines sont abimées et quelques petits espaces sont présents.

En bouche, ce sont de vrais bonbons fondants ! Des bonbons très gras mais aussi fruités qui fondent sous la langue. L’huile d’olive, que j’ai entièrement saucée, possède un bon goût de fruit qui a pénétré les poissons. Un délice à la hauteur de ses 4 années de vieillissement.

 Ma note 100% subjective : 4,5/5
Voir la liste de nos dégustations

[La Belle-Iloise] Sardines Saint-Georges – 4 ans d’age

Année de dégustation : 2017

Dans la gamme de Sardines de la conserverie La Belle-iloise, les sardines Saint-Georges ont déjà fait l’objet d’une dégustation. Toute la différence est qu’il s’agit ici d’une boite de 2013, dégustée après 4 ans de maturation.

Comme pour toute la gamme, les zones de pêche sont en principe le long des côtes françaises et la technique employée est la bolinche. Le poisson est préparée frais, cuit à l’huile de tournesol et préparé à la main.

Le verso est sommaire et ne nous donne que peu d’informations : le millésime (2013) et la DLC (01/08/2017), dont on peut déduire une pêche en août 2013. Notez d’ailleurs que la DLC est passée au moment de la dégustation. L’ovale indique lui l’origine du produit, le « 29 » fait référence au Finistère : elles ne sont donc pas produites à Quiberon.

La mise en boite est impeccable : des poissons argentés qui remplissent bien la boite. L’huile d’olive a pris une belle couleur dorée. Notons que la boite est dans un métal bien dur.

En bouche, la chaire est très tendre, elle fond entre le palais et la langue, libérant les arômes : une huile d’olive bien fruitée et un poisson très gouteux. Que demander de plus ? Achetée moins de trois euros la boite 4 ans plus tôt, j’ai dégusté aujourd’hui d’excellentes sardines. Il me reste quelques boites de 2013, j’y reviendrai…

coeur_sans_sardine  Ma note 100% subjective : 5/5 (coup de cœur de l’auteur)
Voir la liste de nos dégustations

[Les Belles de Marseille] Sardines à l’huile d’olive – 4 ans d’age

Année de dégustation : 2017

Ces sardines à l’huile d’olive Ferrigno sont vendues sous la marque Les Belles de Marseille. Je les ai achetées 3.70 euros, coût plaçant ces sardines dans le haut de gamme. L’illustration rappelle joliment Pagnol : pas de doute, nous sommes à Marseille.

L’usine est de fait située non loin de la ville de Marseille, à Port-Saint-Louis-Du-Rhône. Le poisson vient lui d’on-ne-sait-où : celui des sardines au Pastis était issu de l’Atlantique Centre-Est (borné au Nord par le Maroc et au Sud par l’Angola). Les sardines sont cuites au four pour plus de légèreté (moins de gras), ce qui se pratique couramment sur la côte méditerranéenne. Je n’ai pas trouvé plus d’informations sur le site sur la fabrication ou l’origine du poisson.

La DLC est au 31/12 et ne donne donc aucune indication sur la saison de pêche. Par comparaison des DLC avec le millésime 2013, nous pouvons déduire l’année de pêche : 2013.

Pour la petite histoire, la languette n’a pas fait son office et j’ai du y aller à l’ancienne…enfin pas au burin et au marteau, mais à la clé dites « universelle ». Cela arrive, mais vous l’avez compris, nous ne sommes pas sur une boite de grande qualité.

La mise en boite est manuelle mais très industrielle : espace vide et poissons en état moyen.

En bouche, les sardines sont assez fermes et peu grasses malgré les 4 années passées dans l’huile d’olive. Cette dernière est plutôt neutre, avec une très légère amertume. L’ensemble manque de goût pour mon palais. J’attendais bien mieux de sardines à ce prix là, vieillies 4 ans et si joliment illustrées.

Ma note 100% subjective : 2/5
Voir la liste de nos dégustations

[La Quiberonnaise] Sardines à l’huile d’olive – Pierres Noires – 4 ans d’âge

Date de dégustation : 2017

Parfois, on a besoin de se faire un petit plaisir. Ce fut pour moi le cas aujourd’hui. Cette série limitée de la Quiberonnaise est une boite de sardines à l’huile d’olive millésime 2013. Elles sont dans mon placard depuis deux ans, où elles tournent régulièrement de côté. Elles sont aujourd’hui à 9,00 euros sur le site de la boutique Penn Sardin. Le prix est élevé, mais c’est une boite de collection. La Quiberonnaise a réalisé une série de boites avec des phares sous la houle.

Ces sardines sont préparées selon la tradition bretonne comme toujours chez la Quiberonnaise : poissons frais travaillés à la main et cuits à l’huile. La boite aussi est traditionnelle : du bon métal, bien dur.

La pêche est de 2013, au cœur de la saison : août. Parfait.
Oui, la DLC est passée mais c’est la que cela commence à être vraiment bon.

La mise en boite est extrêmement soignée : même les poissons « du dessous » sont en bon état et bien argentés.On remarque une teinte d’ensemble d’avantage sur le marron que le jaune du fait de la longue maturation en boite.

En bouche, les sardines sont fondantes à souhait, elles disparaissent tout simplement entre le palais et la langue. Les arômes de l’huile d’olive sont fruités et peu amer. Les sardines ont bien absorbé l’huile et un feu d’artifice de gras gouteux envahit le palais ! Le goût des sardines a imprégné l’huile d’olive qui se sauce avec plaisir. Un vrai régal.

coeur_sans_sardine   Ma note 100% subjective : 5/5 (coup de cœur de l’auteur)
Voir la liste de nos dégustations