[Conserverie Courtin] Sardines à l’huile d’olive – 4 ans d’age

Année de dégustation : 2019

J’ouvre aujourd’hui une boite dont j’ai déjà dégusté la petite sœur il y a quelques années (2016). Ces sardines à l’huile d’olive Courtin ont maintenant 4 ans d’age. L’équivalent de 2019 est vendu 4.70 euros sur le site de la conserverie (du haut de gamme donc).

L’inscription de traçabilité est très complète, ce qui est bien appréciable. Elle est identique à la Compagnie Bretonne du Poisson. D’ailleurs la pastille indique « 29.150.541 » ce qui correspond à des produits de la Compagnie bretonne du Poissons sur Open Food Facts. Nous avions déjà constaté cela par le passé pour les sardines aux raisins et cumin.

Le site indique une production traditionnelle : sardines fraiches, mises en boite à la main et cuites à l’huile.

Contrairement à la précédente boite, ces sardines sont très abimées. Elles sont aussi sombres. La boite est bien pleine.

Les sardines sont très fondantes. Elles libèrent des arômes variés entre la langue et le palais : fruité de l’huile d’olive, chaire du poisson et sel. L’huile d’olive a été absorbée par les sardines et c’est un déluge de gras qui fond dans la bouche. Un vrai délice auquel on pourra reprocher d’être un poil trop salé.

Ma note 100% subjective : 4,5/5
Voir la liste de nos dégustations

[Conserverie Courtin] Sardines aux raisins et cumin – 3 ans d’age

Année de dégustation : 2018

Les sardines aux raisins et cumin de la conserverie Courtin constitueront la dégustation du jour. La conserverie Courtin est « la plus ancienne de Concarneau » (citation du site) et réputée pour ses Saint-Jacques. J’ai acheté ces sardines pour 5.90 euros (on est donc sur du haut de gamme) à la Conserverie du monde dans les halles de Besançon (photo ci-dessous). J’ai directement eu un millésime de 2015 : je n’ai pas eu besoin de les laisser vieillir dans mon placard ! N’hésitez pas à y aller, le conseil est bon et l’accueil sympathique.

La conserverie Courtin prépare ses sardines à l’ancienne, ce qui donne en Bretagne une cuisson à l’huile de poissons travaillés frais à la main. La traçabilité est excellente : la pêche du Lycia a été débarqué à Saint -Guénolé en 2015, surement en septembre au vue de la DLC. Nous serions alors dans la bonne saison.

A l’ouverture, vous découvrirez une belle couleur dorée et percevrez un léger fumet de cumin.

La mise en boite est manuelle mais pour cette boite-ci pas des plus réussie : plusieurs des cinq sardines sont abimées et le poisson manque de brillant.

En bouche, les sardines s’avèrent fondantes. Le cumin domine nettement, l’huile d’olive est bien présente mais les raisins sont discrets. Ces sardines sont, sans contestation possible, de qualité. J’ai saucé l’intégralité de la boite jusqu’à la dernière goutte : c’est un signe.

La compagnie Bretonne du Poisson a proposé un an avant Courtin la même recette : j’en ai fait un comparatif ici.

Ma note 100% subjective : 4,5/5
Voir la liste de nos dégustations