[La compagnie bretonne du poisson] Sardines à l’huile d’olive, aux tomates séchées et au piment d’Espelette – variation 2015 – 4 ans d’age

Année de dégustation : 2019

J’avais déjà ouvert une de ces boites de sardines à l’huile d’olive, aux tomates séchées et au piment d’Espelette il y a trois ans (voir la dégustation ici). Je les avais trouvé encore un peu jeunes. Nous allons voir si les années aidant, le goût s’est amélioré. Cette « variation » n’est plus en vente aujourd’hui sur le site de la conserverie. J’avais acheté une dizaine de ces boites sur un salon au prix de 4,20 euros la boite.

La traçabilité des boites de la Compagnie Bretonne est bonne : année et bateau de pêche figurent sur toutes les boites. Avec une DLC en octobre 2019, nous pouvons déduire une date de pêche un peu tardive (octobre 2015) par le War Raog IV. Les sardines sont préparées de façon traditionnelle (bretonne) : des poissons frais travaillés à la main et cuits à l’huile.

La mise en boite est bonne. Les sardines présentent en partie leur face argentée. Des tomates séchées sont présentes au fond de la boite.

En bouche, les sardines sont très moelleuses, sans se désagréger. Elles étaient fermes lors de la dégustation de 2016. Les différents arômes se sont très bien mariés durant ces 4 ans en boite : poissons, tomates séchées et piments sont parfaitement équilibrés et tous ressortent. Le résultat est excellent. Notons que les tomates ont un vrai goût de tomates et non de concentré en boite. L’huile d’olive est par contre très discrète. L’amélioration par rapport à 2016 semble nette.

Ma note 100% subjective : 4,5/5
Voir la liste de nos dégustations

[La compagnie Bretonne du poisson] Sardines l’huile d’olive Bio – 4 ans d’age

Année de dégustation : 2018

Je reviens aujourd’hui sur les sardines à l’huile d’olive bio de la Compagnie Bretonne, ex-Compagnie Bretonne du poisson. J’avais dégusté ces sardines en 2015 lors de leur achat (3.60 euros) : elles sont restées trois ans dans mon placard. Voyons si cela valait le coup !

Ces sardines ont été pêchées en juillet 2014 au cœur de la saison par le War Roag IV (bateau rendu fameux par plusieurs reportages). On notera la bonne traçabilité des sardines de cette conserverie : ce n’est pas si courant. La boite est périmée depuis le 18 juillet 2018 : c’est ce que j’attendais !

Ce sont des sardines bretonnes préparées traditionnellement : travaillées fraiches, cuites à l’huile et mises en boite manuellement.

On notera un taux de sel inférieur à 1g et l’utilisation d’une huile d’olive bio, ce qui est un double bon point diététique et environnemental.

Les cinq sardines sont abimées et quelques petits espaces sont présents.

En bouche, ce sont de vrais bonbons fondants ! Des bonbons très gras mais aussi fruités qui fondent sous la langue. L’huile d’olive, que j’ai entièrement saucée, possède un bon goût de fruit qui a pénétré les poissons. Un délice à la hauteur de ses 4 années de vieillissement.

 Ma note 100% subjective : 4,5/5
Voir la liste de nos dégustations

[La Compagnie Bretonne du Poisson] Sardines à l’huile d’olive, aux tomates séchées et au piment d’Espelette

Année de dégustation : 2016

20160207_181812

La variation 2015 de La Compagnie Bretonne du Poisson est constituée de Sardines à l’huile d’olive, aux tomates séchées et au piment d’Espelette. La variation de 2014 nous avait laissé sans voix… voyons voir celle-ci ! J’ai acheté mes boites lors d’un salon au même prix que sur le site, soit 4.10 euros. Du très haut de gamme donc.

20160207_181836

Il s’agit d’une pêche de 2015 du fameux War Roag IV, certainement d’octobre 2015 au vue de la DLC. Les sardines de la Compagnie Bretonne du Poisson sont travaillées fraiches à la main et cuite à l’huile, traditionnellement.

20160207_183608

La boite contient 5 sardines en état variable… celle de gauche est carrément explosée alors que celle de droite nous présente une belle couleur argentée. La couleur de la photographie est trompeuse : les reflets de l’huile réels sont teintés plutôt roux/ocre. Au fond de la boite, il y a deux véritables tomates séchées entières : pas une purée, mais deux vraies tomates séchées ! J’avoue ne pas avoir trouvé le piment d’Espelette.

La boite a à peine 1/2 année et il n’y a pas de mystère les sardines gagneraient en fondant à rester quelques temps en boite. Côté gout, celui du piment est très doux – comme j’aime – laissant ressortir les tomates et les sardines. Les tomates n’ont absolument pas ce « gout de concentré », sucré, que l’on rencontre parfois. Elles ont le gout de tomates séchées. Aucun arôme ne masque l’autre et ce mélange bien équilibré est très prometteur, sachant que les arômes vont se diffuser au fil des mois. La qualité est comme d’habitude au rendez-vous avec la Compagnie Bretonne du Poisson sur le plan des ingrédients… j’ai hâte d’ouvrir mes 5 autres boites dans quelques années ! Je vous en reparlerai alors.

Ma note 100% subjective : 3,5/5
Voir la liste de nos dégustations

[La compagnie bretonne du poisson] Sardines à l’huile d’olive et au piment bio

Année de dégustation : 2015

20151007_120347_resized

Nous ouvrons aujourd’hui une boite de sardines à l’huile d’olive et au piment bio de la compagnie bretonne du poisson. Vous trouverez sur le site de la conserverie cette boite pour 3,60 euros la boite (un produit haut de gamme donc, avec des ingrédients bio de surcroit).

20151007_120330_resized

Il s’agit de sardines de l’an dernier, certainement pêchées au cœur de la saison si on en croit la DLC (août). Les boites sont remplies à la main de sardines frites à l’huile de tournesol : elles sont en très bon état, grosses et plutôt brillantes. Un bien bel ouvrage.

20151007_120411_resized

La boite contient évidemment des sardines et en fouillant un peu, l’on découvre un piment oiseau (un piment légèrement plus fort que le piment de Cayenne). Les sardines sont très fondantes, juste relevées par l’huile d’olive et le piment. Rassurez-vous, vous n’aurez pas la sensation d’être au cœur d’un volcan en activité ! Si le gout du piment est bien présent, il ne chauffe guère le palais (à la différence des sardines aux achards et piment de La Quiberonnaise) : ce qui est tout à fait à mon gout.

Ma note 100% subjective : 4/5
Voir la liste de nos dégustations

[La Compagnie Bretonne du Poisson] Sardines à l’huile de Colza

Année de dégustation : 2015

20150928_120250_resized
Les sardines à l’huile de Colza de La Compagnie Bretonne du Poisson sont une recette particulière en ce sens où l’huile traditionnelle est celle d’arachide et l’huile la plus utilisée celle d’olive. De l’aveu de l’entreprise, l’huile de colza pose moins de problème d’allergie que celle d’arachide, d’où ce choix. L’huile utilisée pour les sardines est bio et bien plus neutre sur le plan gustatif que celle que l’on trouve habituellement en bouteille.

20150928_120302_resized
Il s’agit de sardines fraiches. La cuisson est réalisée à l’huile de tournesol. L’emboitage est quant à lui fait à la main. Elles ont été pêchées en 2015 : il s’agit donc des sardines de l’année. La DLC fait penser qu’il s’agit d’une pêche d’août.

20150928_120348_resized
La boite n’est pas totalement pleine (peut-être un effet de la taille réduite des poissons de 2015). Les sardines ne sont ni vraiment brillantes, ni vraiment en bon état. Rien de dramatique de ce côté là, mais je m’attendais à bien mieux.

En bouche, par contre, je ne suis pas déçu. L’huile de Colza ne donne pas le gout fruité de l’huile d’olive mais fait ressortir d’avantage le gout de la sardine tout en l’aromatisant de façon … florale dirons-nous (sans bien savoir si le terme est adapté) ! L’huile reste pourtant largement neutre et nous laisse apprécier ces sardines nouvellement mises en boite… et pas encore assez fondantes. Si vous n’avez jamais testé cette préparation, essayez-les. Je vais pour ma part mettre quelques boites de côté pour y revenir.

Ma note 100% subjective : 3,5/5
Voir la liste de nos dégustations

[La compagnie bretonne du poisson] Sardines à l’huile d’olive

Année de dégustation : 2015

20150901_183651_resized

La dégustation du jour sera une boite de 2014 de sardines à l’huile d’olive de La compagnie bretonne du poisson. Il faut dire que je les préfère ainsi : entière et uniquement à l’huile d’olive. A 3.60 euros, il s’agit en principe de sardines haut de gamme. Voyons voir ça.

20150901_183710_resized

Cuites à l’huile de tournesol, ces sardines de 2014 (certainement de juillet) sont immergées dans un accompagnement d’huile d’olive. Elles sont tracées (lieu de pêche, bateau…) comme des « label rouge ». Au passage, on remarque que le bateau est le bolincheur du film documentaire Les seigneurs de la sardine.

20150901_190812_resized
Mises en boite à la main, elles doivent logiquement être en excellent état. Ce n’est pas le cas mais la boite est bien remplie et le nez fait saliver.

En bouche, les sardines sont très fondantes et l’huile d’olive fruitée comme il faut. Certes, elles gagneraient à être vieillies quelques années : elles sont faites pour ça (j’ai d’ailleurs mis quelques boites de côté). Néanmoins, elles sont déjà excellentes ainsi. Un très bon produit.

 Ma note 100% subjective : 4/5
Voir la liste de nos dégustations

[La compagnie bretonne du poisson] Sardines à l’huile d’olive, au cumin et au raisin

Année de dégustation : 2015

20150830_111852_resized

Les sardines à l’huile d’olive, au cumin et au raisin de La compagnie bretonne du poisson sont une recette originale issue du Port de Saint-Guénolé à Penmarc’h. Elles sont commercialisées sur le site de la conserverie à 3,80 euros.

20150830_111912_resized

La traçabilité du produit est affichée au verso : ces sardines sont de 2014 et l’on peut même en déduire qu’elles sont d’août si l’on enlève 4 ans à la DLC. Nous sommes donc sur un produit de fin d’été, la bonne saison. Elles sont cuites à l’huile de tournesol (l’information est sur le site). Notons que le bateau de pêche est celui du documentaire Les seigneurs de la sardine.

20150830_130446_resized

A l’ouverture de la boite, les sardines apparaissent un peu abimées et l’accompagnement (cumin-raisins) semble colorer l’huile d’olive d’une jolie teinte « or ».

En bouche, ces sardines sont fondantes et succulentes : le cumin est très présent et est adouci par le gout sucré des raisins. L’équilibre est parfait. A l’apéritif ou avec un simple morceau de pain, c’est un régal. Bien sur, il faut aimer le cumin, sinon oubliez les, mais si vous aimez, ne vous privez pas : je suis allé jusqu’à saucer ma boite !

Courtin propose une recette très similaire : j’en ai fait un comparatif ici.

coeur_sans_sardine   Ma note 100% subjective : 5/5 (coup de cœur de l’auteur)
Voir la liste de nos dégustations