[Emperatriz] Sardines à l’huile d’olive – Sardine all’olio d’olivio

Année de dégustation : 2018

Ces sardines à l’huile d’olive de la conserverie Emperatriz ont été achetées chez Grand Frais pour 3,49 euros. La conserverie espagnole Emperatriz est spécialisée dans la mise en bocal aussi bien de poissons, que de légumes ou de champignons. Ils produisent également des conserves métalliques et des barquettes. Leur catalogue est énorme.

Avec 0.5g de sel, ces sardines sont les moins salées que j’ai dégustées. Un bon point diététique.

Il est possible de déduire de la DLC une date de pêche en juillet, dans la saison. Je n’ai rien trouvé sur l’origine du poisson. La pêche serait de 2016 ou de 2017. J’ai pris le bocal avec la DLC la plus proche, il y avait surtout des DLC en 2022 (donc surement une pêche de l’année).

A l’ouverture du bocal, une bonne odeur se dégage. Les poissons sont en bon état à une exception près.

En bouche les sardines se désagrègent plus qu’elles ne fondent entre la langue et le palais. L’huile d’olive a un fruité agréable. La chaire est quant à elle fade : elle n’a pas pris le goût de l’huile et a beaucoup perdu de son propre arôme. Je ne suis guère emballé.

Ma note 100% subjective : 1,5/5
Voir la liste de nos dégustations

[Compagnie Bretonne du Poisson] Sardines à l’huile d’olive millésime 2014 – 4 ans d’age

Année de dégustation : 2018

 

Aujourd’hui j’ouvre une boite qui séjourne dans mon placard depuis 4 ans : ces sardines La Compagnie Bretonne du poisson à l’huile d’olive bio millésime 2014 ont donc 4 ans d’age (elles ne sont plus vendues sur le site de la conserverie).

Une peinture de Michael Weston avec un fond à la Rothko et une sardine non réaliste orne la boite. Personnellement, j’aime beaucoup.

L’huile est bio (norme Fr-Bio-10), les sardines fraiches et la méthode de préparation traditionnelle (pour la Bretagne, cela veut dire cuites à l’huile). La traçabilité est ce qui se fait de mieux en matière de conserve de sardines : le bateau, l’année de pêche et le port de débarquement figurent sur la boite. La DLC nous permet de déduire que la pêche fut réalisée en août : en plein dans la saison. La DLC est d’ailleurs dépassé depuis un mois lors de la dégustation.

Les photos parlent d’elles-mêmes : trois sardines sur quatre sont abimées. La couleur de l’huile est par contre bien sympa : brunie par les 4 années qu’elle a passé en compagnie du poisson, elle a presque une couleur doré.

En bouche, la chaire est très fondante, grasse à souhait. Le puissant fruité de l’huile d’olive domine d’abord puis le goût du poisson confit apparait. Le poisson s’est bien imbibé de l’huile et le tout fond dans la bouche en libérant un festival de gras très aromatique. Je ne regrette pas du tout d’avoir ouvert cette boite. Excellent.

Ma note 100% subjective : 4,5/5
Voir la liste de nos dégustations