[Pain de Mer] [Pan Do Mar] Sardines à l’huile d’olive biologique

Année de dégustation : 2018

Ces sardines à l’huile d’olive bio Pan Do Mar sont distribués en France par Accent Bio. Je les ai achetées dans une boutique bio lyonnaise pour environ 3.00 euros (je ne sais plus exactement, navré).

La conserverie est espagnole (Conservas Antonio Pérez Lafuente S.A. ou Pan Do Mar) et est située proche de Saint-Jacques de Compostelle.

L’équipe de production (image issue du site de la conserverie)

Pan Do Mar met en avant la soutenabilité de la pêche : les sardines sont comme en Bretagne pêchées à la Bolinche. D’ailleurs les deux boites photographiées contiennent des poissons issus de zones différentes :  la Manche Ouest (Zone FAO 27.VII.e) ou les côtes ibériques (Zone FAO 27.IX.a, voir ce document pour une synthèse). La dégustation concerne la seconde boite. L’origine du poisson est très bien renseignée.

Notons le bon point nutritionnel avec un taux de sel de 0,65g

 

Les certifications d’usage pour le bio et la pêche durable sont indiquées ici.

Je ne comprends rien à la DLC (date de durabilité) sur la conserve … mais pour les sardines, on s’en moque un peu. Il y a une date sur le recto de la boite (01/06/2023), ce qui doit correspondre à une DLC de 5 ans. Il s’agit donc certainement d’une pêche de 2018.

Le site indique que les sardines sont préparées à la main et, plus surprenant, frites dans l’huile d’olive bio : « … frites et conditionnées dans de l´huile d´olive extra vierge de première pression à froid provenant de l´agriculture biologique certifiée.« . Étonnant.

A l’exception de la sardine en premier plan, les sardines sont en bon état.

En bouche, le poisson est moyennement fondant (ce qui est logique pour une pêche de 2018). L’huile est fruitée et possède un goût agréable que les sardines ont commencé à prendre. J’ai apprécié ces sardines responsables que je vais faire vieillir pour y revenir plus tard.

Ma note 100% subjective : 4/5
Voir la liste de nos dégustations

Publicités

[Emperatriz] Sardines à l’huile d’olive – Sardine all’olio d’olivio

Année de dégustation : 2018

Ces sardines à l’huile d’olive de la conserverie Emperatriz ont été achetées chez Grand Frais pour 3,49 euros. La conserverie espagnole Emperatriz est spécialisée dans la mise en bocal aussi bien de poissons, que de légumes ou de champignons. Ils produisent également des conserves métalliques et des barquettes. Leur catalogue est énorme.

Avec 0.5g de sel, ces sardines sont les moins salées que j’ai dégustées. Un bon point diététique.

Il est possible de déduire de la DLC une date de pêche en juillet, dans la saison. Je n’ai rien trouvé sur l’origine du poisson. La pêche serait de 2016 ou de 2017. J’ai pris le bocal avec la DLC la plus proche, il y avait surtout des DLC en 2022 (donc surement une pêche de l’année).

A l’ouverture du bocal, une bonne odeur se dégage. Les poissons sont en bon état à une exception près.

En bouche les sardines se désagrègent plus qu’elles ne fondent entre la langue et le palais. L’huile d’olive a un fruité agréable. La chaire est quant à elle fade : elle n’a pas pris le goût de l’huile et a beaucoup perdu de son propre arôme. Je ne suis guère emballé.

Ma note 100% subjective : 1,5/5
Voir la liste de nos dégustations

[Conserverie Courtin] Sardines à l’andouille de Guémené

Année de dégustation : 2018

Cette boite de sardines à l’andouille de Guémené de chez Courtin est commercialisée sur le site de la conserverie pour 4,95 euros. Une recette similaire existe chez Capitaine Cook. Cette boite m’a été offerte.

L’huile présente dans la boite est une huile de tournesol. Les valeurs nutritionnelles donnent un taux de sel important : 1.22g (sans doute liée à la charcuterie). La composition de l’andouille indique l’usage d’un colorant : E150d, a priori un caramel inoffensif… Wikipédia nous indique que : « Le colorant caramel au sulfite d’ammonium (Classe IV) E150d est préparé par chauffage contrôlé de glucides définis pour le caramel ordinaire, avec ou sans acides ou bases, en présence des composés de sulfite et d’ammonium : acide sulfureux H2SO3, sulfite de potassium K2SO3, bisulfite de potassium KHSO3, sulfite de sodium Na2SO3, bisulfite de sodium NaHSO3, ammoniaque NH4OH, carbonate d’ammonium (NH4)2CO3, bicarbonate d’ammonium NH4HCO3, phosphate d’ammonium (NH4)3PO4, sulfate d’ammonium (NH4)2SO4, sulfite d’ammonium (NH4)2SO3 et bisulfite d’ammonium NH4HSO3. ». Bon appétit !

Le dos de la boite contient pas mal d’informations de traçabilité. Il s’agit d’une pêche de septembre 2016 débarquée à Lorient.

La conserverie est située non loin de là à Trégunc, à proximité de Concarneau dans une belle usine en forme de bateau.

Courtin produit des sardines « à l’ancienne » donc cuites à l’huile fraiches et mises en boite à la main.

En boite, les sardines sont très serrées. L’andouille est située sous le poisson : il s’agit d’un beau morceau qui remplit quasiment tout le fond de la boite.

En bouche, le poisson est ferme, car peu immergé dans l’huile et a fortement le goût de l’andouille, ce qui n’est pas au mien ! Le tout est assez relevé en sel. Du coup, je n’ai pas du tout aimé. Alors, j’ai partagé la boite entre mes 2 enfants… oui, je suis un père indigne qui donne ses restes à ses enfants ! Eux ont adoré et ont fini la boite avec entrain. Si vous aimez la charcuterie, le produit est plutôt de qualité. Si comme moi, vous pensez que cela n’a pas sa place dans une boite de sardines, passez votre chemin.

Ma note 100% subjective : 1,5/5
La note de mes enfants 100% subjective : 4/5
Voir la liste de nos dégustations

 

[Les Mouettes d’Arvor] Sardines à l’huile d’olive – Route du rhum – 4 ans d’age

Année de dégustation  : 2018

Ces sardines Les Mouettes d’Arvor à l’huile d’olive ont été produites pour l’édition 2014 de la course transatlantique la Route du Rhum (qui a lieue tous les 4 ans). Elles sont vendues 3.80 euros sur le site de la conserverie Gonidec (qui possède Les Mouettes d’Arvor). La conserverie réalise nombre de séries spéciales millésimées pour les événements bretons.

Ces sardines sont cuites à l’huile et emboitées à la main. L’utilisation de poissons frais ne semblent pas garantie même si le site indique que la conserverie travaille avec les bolincheurs concarnois afin de respecter la fraîcheur du poisson.

La DLC est de 10 ans. Cette boite manque de traçabilité sur la date de pêche et l’origine de la pêche.

En boite, les sardines sont quelques peu abimées. La boite est en métal épais et la couleur dorée de l’huile met en appétit.

En bouche, les sardines sont moelleuses mais friables. L’huile d’olive possède un fruité léger qui a imprégné le poisson. Le tout a un bon goût, mais rien d’extraordinaire. Les sardines manquent de gras, ne sont pas assez confites par une huile suffisamment gouteuses malgré les 4 années en boite.

Ma note 100% subjective : 3/5
Voir la liste de nos dégustations

 

 

 

[Compagnie Bretonne du Poisson] Sardines à l’huile d’olive millésime 2014 – 4 ans d’age

Année de dégustation : 2018

 

Aujourd’hui j’ouvre une boite qui séjourne dans mon placard depuis 4 ans : ces sardines La Compagnie Bretonne du poisson à l’huile d’olive bio millésime 2014 ont donc 4 ans d’age (elles ne sont plus vendues sur le site de la conserverie).

Une peinture de Michael Weston avec un fond à la Rothko et une sardine non réaliste orne la boite. Personnellement, j’aime beaucoup.

L’huile est bio (norme Fr-Bio-10), les sardines fraiches et la méthode de préparation traditionnelle (pour la Bretagne, cela veut dire cuites à l’huile). La traçabilité est ce qui se fait de mieux en matière de conserve de sardines : le bateau, l’année de pêche et le port de débarquement figurent sur la boite. La DLC nous permet de déduire que la pêche fut réalisée en août : en plein dans la saison. La DLC est d’ailleurs dépassé depuis un mois lors de la dégustation.

Les photos parlent d’elles-mêmes : trois sardines sur quatre sont abimées. La couleur de l’huile est par contre bien sympa : brunie par les 4 années qu’elle a passé en compagnie du poisson, elle a presque une couleur doré.

En bouche, la chaire est très fondante, grasse à souhait. Le puissant fruité de l’huile d’olive domine d’abord puis le goût du poisson confit apparait. Le poisson s’est bien imbibé de l’huile et le tout fond dans la bouche en libérant un festival de gras très aromatique. Je ne regrette pas du tout d’avoir ouvert cette boite. Excellent.

Ma note 100% subjective : 4,5/5
Voir la liste de nos dégustations

[Phare d’Eckmühl] Sardines au tartare d’algues bio

Année de dégustation : 2018

Les sardines au tartare d’algues bio Phare d’Eckmühl sont en général disponibles dans le réseau « bio ».  Elles sont vendues autour de 4 euros (cette boite m’a été offerte). La marque appartient à Chancerelle (Connétable entre autre) qui produit 30-40 millions de boites de sardines/an.

Ces sardines disposent du label MSC encadrant le principe d’une pêche responsable (même s’il a été parfois critiqué). L’indication bio fait référence à la norme FR-BIO 10. La boite nous informe que 19% des ingrédients d’origine agricole sont bio… ça ne fait pas grand chose de bio dans cette boite !

La conserverie s’engage à pêcher « au cœur de la saison » du poisson au large des côtes bretonnes ou anglaises. Les sardines sont préparées à l’ancienne (cuites fraiches à l’huile).

La traçabilité est au rendez-vous : pêche en Atlantique Nord Est (comme annoncé plus haut). Par contre, la date de pêche est absente sur la boite : nous la déduirons donc de la DLC. Cette boite de sardines a une DLC en avril 2022 et je penche donc pour une pêche en 2017 (Chancerelle pratique habituellement une DLC de 5 ans). Si le « 05 » indique « mai », ce n’est pas vraiment le cœur de la saison…

Les sardines sont sombres mais plutôt en bon état en particulier au fond de la boite.

En bouche, ces sardines ne sont guère tendres (pour une pêche de 2017). Le goût est agréable : l’ensemble est bien relevé par les herbes présentes dans la boite et possède un petit goût « marin ». Les arômes du poisson et de l’huile d’olive ne sont pas écrasés par l’accompagnement. La boite aurait peut-être mérité de passer quelques années dans mon placard avant ouverture car je trouve la recette prometteuse.

Ma note 100% subjective : 3,5/5
Voir la liste de nos dégustations

 

[Rio Mare] Filetti di sardine in olio d’olivia – filets de sardines à l’huile d’olive

Année de dégustation : 2018

Ces filets de sardines à l’huile d’olive Rio Mare ont été achetés en Italie dans la grande distribution pour un prix… dont je ne me souviens plus. Sur internet, cette boite est vendue 2.50 euros environ.

Rio Mare est une marque du groupe italien Bolton (qui possède aussi Saupiquet entre autre), groupe qui produit également des croquettes pour chat, de la colle (Uhu)…etc. Ces sardines viennent du Maroc (comme tous les filets de sardines en conserve aujourd’hui, à ma connaissance).

Sur leur site, Rio Mare revendique son soutien au WWF et une démarche forte en matière de développement durable tant sur le plan environnemental, social qu’humain. La marque nous parle du label MSC pour la saumon, ISSF pour le thon, d’une norme de traçabilité nommé ISO 22005, …etc. Ils ont donc une politique RSE bien développée.

En l’occurrence, pour ces sardines, je vois qu’il s’agit d’import depuis le Maroc, que la zone de pêche n’est pas plus indiquée que la méthode de fabrication. La DLC semble être le 29/07/2020, ce qui pourrait indiquer une pêche l’été… mais on ne sait même pas si les sardines viennent de l’hémisphère nord !

Le sel apparait en premier en bouche, suivi de peu par les arômes du poisson. La chaire est plutôt ferme. L’huile d’olive est peu aromatique. Rien de bien excitant.

Ma note 100% subjective : 1,5/5
Voir la liste de nos dégustations

[Alma Brand – J. Antunes Fragoso] Sardines portoghesi all’olio di olivia – Sardines portugaises à l’huile d’olive

Année de dégustation : 2018

Ces sardines à l’huile d’olive sont importées du Portugal en Italie par Alma Brand. J’ai acheté cette boite dans une grande surface italienne pour 2.40 euros. Cette marque portugaise est associée à plusieurs autres comme l’indique le site Can The Can : Balilla, Nataline, Pasqualine, Rapaz, Regina, Carminha…

En se basant sur la pastille et en allant sur le site World Open Food Facts, il est possible de faire une recherche sur l’usine qui a produit ces sardines. Elle produit également les sardines « bon appétit » disponibles dans la grande distribution.

Remarquez le taux de sel (1.2g) plutôt important.

Tout cela me semble bien compliqué et il apparait juste clairement que ces sardines sont liées à une conserverie qui sous-traitent pour d’autres entreprises à l’internationale. Je n’ai rien trouvé sur l’origine du poisson ou les méthodes de fabrication.

L’emballage est traditionnelle pour le Portugal : un papier enveloppe une boite en métal.

La boite contient 4 poissons, dont 2 gros. Ils sont en excellent état (même dessous). Un peu de vide est  présent dans la boite mais rien de dramatique.

En bouche, ce qui frappe en premier, c’est l’absence de goût. En le cherchant, un arôme que je n’arrive pas à définir et que je n’ai jamais rencontré apparait. Il me laissera une sensation bizarre jusqu’à la dernière sardine. Notons que les poissons se désagrègent plutôt que de fondre dans la bouche.

La performance est tout de même remarquable : mettre des sardines dans de l’huile d’olive et aboutir à un goût si neutre ne doit pas être facile ! Si les italiens découvrent les exceptionnelles sardines portugaises avec ce produit qui a l’apparence et le prix de conserves haut de gamme, ils risquent de ne jamais y revenir…c’est triste.

Ma note 100% subjective : 0,5/5
Voir la liste de nos dégustations

[Pollastrini di Anzio] Sardines à l’huile d’olive

Année de dégustation : 2018

J’ouvre aujourd’hui une boite de sardines à l’huile d’Olive Pollastrini di Anzio venant d’Italie. Je l’ai achetée à Firenze (Florence) pour 2,40 euros. En local, il y a essentiellement des sardines marocaines et quelques marques de sardines portugaises que ce soit dans la grande distribution ou dans les halles. J’ai eu du mal à trouver des sardines italiennes. Pour l’anecdote, j’ai vu aussi des sardines Rodel dans un marché couvert.

Je penche pour une pêche de 2017 mais sans aucune certitude et sans connaissance du mois. L’origine du poisson est la Méditerranée (la petite taille des poissons dans la boite le confirme), comme l’indique le façade de la boite. Le poisson est travaillé frais (information donnée sur le site). Notons une quantité de sel importante : 1.35g (on est plus proche de 1g d’habitude)

Les sardines Polastrini sont emboitées au sud de Rome, à Anzio (usine en photo ci-dessous).

Le site indique l’utilisation unique de la méthode de pêche traditionnelle : des navires de type « gozzo » équipe de lampes puissantes (Lampare) comme celui sur la photo ci-dessous.

 

Comme le montrent les photos, les sardines sont abimées et la boite présente un vide malgré la présence de 6 poissons.

En bouche, les petits poissons fondent dans la bouche libérant un bon goût de sardines. L’amertume et le fruité de l’huile d’olive sont également bien présents et cette dernière est plutôt bonne à saucer. Le taux de sel élevé que nous avons constaté se ressent également mais sans dommage sur les autres arômes. Le rapport qualité-prix est très bon.

 Ma note 100% subjective : 4/5
Voir la liste de nos dégustations

[La compagnie Bretonne du poisson] Sardines l’huile d’olive Bio – 4 ans d’age

Année de dégustation : 2018

Je reviens aujourd’hui sur les sardines à l’huile d’olive bio de la Compagnie Bretonne, ex-Compagnie Bretonne du poisson. J’avais dégusté ces sardines en 2015 lors de leur achat (3.60 euros) : elles sont restées trois ans dans mon placard. Voyons si cela valait le coup !

Ces sardines ont été pêchées en juillet 2014 au cœur de la saison par le War Roag IV (bateau rendu fameux par plusieurs reportages). On notera la bonne traçabilité des sardines de cette conserverie : ce n’est pas si courant. La boite est périmée depuis le 18 juillet 2018 : c’est ce que j’attendais !

Ce sont des sardines bretonnes préparées traditionnellement : travaillées fraiches, cuites à l’huile et mises en boite manuellement.

On notera un taux de sel inférieur à 1g et l’utilisation d’une huile d’olive bio, ce qui est un double bon point diététique et environnemental.

Les cinq sardines sont abimées et quelques petits espaces sont présents.

En bouche, ce sont de vrais bonbons fondants ! Des bonbons très gras mais aussi fruités qui fondent sous la langue. L’huile d’olive, que j’ai entièrement saucée, possède un bon goût de fruit qui a pénétré les poissons. Un délice à la hauteur de ses 4 années de vieillissement.

 Ma note 100% subjective : 4,5/5
Voir la liste de nos dégustations