[Les Mouettes d’Arvor] Sardines à l’huile d’olive vierge extra – Le Cournouaille Quimper 2013 – 6 ans d’age

Année de dégustation : 2019

Cette boite célèbre le festival Le Cornouaille de Quimper de 2013. Je l’ai acheté il y a 4 ans sur le site de la conserverie pour un peu moins de 3 euros. Le festival Le Cornouaille de 2013 a lieu du 23 au 28 juillet, en pleine saison de pêche à la sardines. Comme le montre la bonne annonce ci-dessous, il est consacré à la culture bretonne. Une boite de sardines est donc tout à fait à propos.

 

Il s’agit d’une préparation traditionnelle bretonne : poissons frais, travaillés à la main et frits à l’huile.

La DLC sur ces boites de garde est de 10 ans et la boite date donc de 2013, soit 6 ans depuis la mise en boite et 4 années à tourner dans mon placard.

La mise en boite présente les poissons sur leur face argentée. Si la boite est bien pleine, les poissons sont un peu abimés.

En bouche, les sardines se disloquent complétement. L’huile d’olive a un léger arôme de noix qui relève bien le goût du poisson, bien présent. Comparativement à la dégustation d’il y a deux ans, j’avoue être moins emballé. L’ensemble est bon mais pas autant que ce à quoi je m’attendais. Peut-être que les lots diffèrent du point de vue de l’origine du poisson.
J’ai ouvert une troisième (et dernière) boite le lendemain pour être sur de moi et elle s’est avérée encore un peu différente. Les sardines furent plus fermes et l’huile d’olive plus gouteuse… à y perdre son latin. Je ne sais pas si mon palais évolue d’un jour à l’autre ou si le contenu est différent ! Dans tous les cas, c’est une expérience intéressante et j’ai pu me faire plaisir avec de bonnes boites de sardines.

Ma note 100% subjective : 3.5/5
Voir la liste de nos dégustations

 

 

Publicités

[Fish4Ever] Petites sardines au naturel

Année de dégustation : 2019

J’ouvre aujourd’hui une boite de petites sardines au naturel Fish4Ever. Elles m’ont été offertes par la conserverie. Elles valent environ 2.50 euros. Fish4Ever est une marque anglaise qui revendique une démarche éthique forte.

Les poisson sont de type « sprat ». Il ne s’agit donc pas vraiment de sardines (de type Sardina pilchardus) mais de sprats (Sprattus sprattus). Ils font partie, comme les harengs, de la même famille que les sardines : les Clupeidae.

La composition nutritionnelle est particulièrement diététique : très peu de sel et pas d’huile.

Fush4Ever utilise This Fish pour permettre à chacun de savoir où, comment et quand le poisson a été pêché. Ci-dessous, l’ensemble des informations récoltées.

Il s’agit donc de sprats écossais, pêchés avec un filet tracté par deux navires non loin des côtes, et, débarqués à proximité de l’île de Skye à Mallaig. Le poisson est mis en boite à Fraserburgh à 300 km de là toujours en Écosse, peut-être par International Fish Canners mais je n’ai pas trouvé l’information. Un pur produit écossais.

La boite contient une petite dizaine de sprats dans un état correct immergés dans de l’eau.

En bouche, la chaire blanche est peu goûteuse et se désagrège comme souvent avec le poisson immergé dans de l’eau. Ce n’est pas du tout ma tasse de thé, mais si vous aimez, ce produit est de qualité et sa traçabilité est exemplaire.

Ma note 100% subjective : on ne note que les sardines ici !
Voir la liste de nos dégustations

[Les Mouettes d’Arvor] Sardines aux tomates séchées et à l’huile d’olive vierge extra – 5 ans d’age

Année de dégustation : 2019

J’ouvre aujourd’hui une boite de sardines aux tomates séchées et à l’huile d’olive vierge extra des Mouettes d’Arvor (conserverie Gonidec). J’avais dégusté une première fois cette boite il y a 3 ans (lire la dégustation). Ce sardines sont vendues 2.88 euros sur le site de la conserverie.

Préparées et mises en boite à la main, ces sardines sont issues d’une pêche dans la saison (ce que la DLC en juin semble confirmer) et cuites à l’huile.

On retrouve le conservateur E223 (Métabisulfite de sodium, Pyrosulfite de sodium) dont j’avais parlé lors de la dernière dégustation. Il s’agit d’un produit de synthèse pouvant créer des réactions allergiques. Il est autorisé en bio. Reste que je ne vois pas trop l’intérêt d’un conservateur dans une boite de conserve.

Les sardine sont dans un état correct et la boite contient un peu de vide. Les tomates séchées sont en fait une purée de tomates.

En bouche, la chaire est plutôt ferme. Le goût du poisson s’est bien marié avec la tomate (qui n’a pas un goût de concentré) et le piment (très doux mais présent). Les arômes de l’huile d’olive sont masquées. Ces sardines ne sont pas mauvaises du tout après 5 ans en boite et le prix est somme toute raisonnable.

Ma note 100% subjective : 3/5 (- 0,5 à cause des conservateurs)

Voir la liste de nos dégustations

 

[Conservas de Pescados – Briosa] Sardinhas (petingas) em Azeite de Oliveira – Gourmet – 3 ans d’age

Année de dégustation : 2019

Je déguste aujourd’hui une boite de sardines à l’huile d’olive Briosa marque de la Conservas de Pescados et achetées sur le site du comptoir du Portugal pour 3,90 euros.

Avec une DLC en 2021, on peut supposer que la pêche a été faite en 2016, soit il y a trois ans (le jour et le mois n’ont pas de signification).

Ce film montre le processus de production à la Conservas de Pescados, située proche de Porto, qui commercialise la marque Briosa. Les sardines sont a priori cuites dans les boites après un remplissage à la main. Cette conserverie fait valoir sur son site une préparation traditionnelle.

Les 8 petites sardines sont en assez bon état. Il y a un peu de vide dans cette boite.

En bouche, elles sont plutôt fermes mais ce n’est pas gênant pour des petites sardines. L’huile d’olive possède un fruité léger mais agréable dont les sardines ont pris le goût. Ces petites sardines s’avalent facilement et la boite est rapidement vide même si ce ne sont pas les meilleures que j’ai pu déguster.

Ma note 100% subjective : 3,5/5
Voir la liste de nos dégustations

[Les Mouettes d’Arvor] Sardines à l’huile d’olive vierge extra – 6 ans d’age

Année de dégustation : 2019Nous dégustons aujourd’hui une boite de sardines à l’huile d’olive vierge extra de 2013 produites par Les Mouettes d’Arvor (Gonidec). Les séries limitées sont vendues 3.80 euros sur le site de la conserverie mais cette boite n’est plus disponible.
Cette boite est très joliment illustrée par Marine Breton.

Il s’agit dune pêche de 2013, a priori au cœur de la saison, en août, déduction faite de la DLC.

Mises en boites à Concarneau, ces sardines sont produites selon la tradition bretonne (poissons frais, cuits à l’huile et travaillés à la main). Il n’y a pas d’information de traçabilité.

La mise en boite est de qualité. Malgré un petit vide, les sardines sont en bon état et offrent une belle surface argentée.

En bouche, les sardines sont charnues et plutôt fermes. C’est inhabituel après toutes ces années passées en boite. L’huile d’olive a un léger fruité et assez peu de goût. Du coup, c’est une déception. Si l’alchimie s’est bien produite dans la boite, ce ne fut celle entre une grande huile d’olive et des sardines gouteuses et grasses.Cela reste un bon produit porté par une belle illustration…

Ma note 100% subjective : 3/5
Voir la liste de nos dégustations

 

 

[La Perle des Dieux] Sardines à l’huile de colza – 6 ans d’age

Année de dégustation : 2019

J’ai déjà goûté à ces sardines au colza de la Perle des Dieux en 2016 (lire ici). après trois ans de vieillissement supplémentaires, qu’est-ce que cela donne ? Pour rappel, elles valaient 3.05 euros lors de mon achat.

Ces sardines viennent de Saint-Gilles-Croix-de-Vie, de la conserverie Gendreau. Elles sont préparées à la main. La DLC (13/09/2017) est bien dépassée ! Il n’y a pas d’informations sur l’origine du poisson.

 

Les sardines sont en bon état et la boite bien pleine.

Elles se désagrègent entre la langue et le palais libérant leur gras sans la moindre résistance. L’huile de colza est très neutre et du coup, le goût du poisson ressort nettement. Ces sardines sont tout à fait délicieuses après 6 ans en boite.

Ma note 100% subjective : 4/5
Voir la liste de nos dégustations

[Les Mouettes d’Arvor] Sardines à l’huile d’olive vierge extra – Ville Bleue – Millésime 2014 – 5 ans d’age

Année de dégustation : 2019

Nous ouvrons aujourd’hui des sardines à l’huile d’olive vierge extra Vile Bleue de 2014 des Mouettes d’Arvor (conserverie Gonidec). Cette boite millésimée est illustrée par Patrick Cudennec. La version 2017 est vendue 3.80 euros sur le site de la conserverie.

Ces sardines ont une DLC de 10 ans, jusqu’en 2024. Elles ont été pêchées en 2014. Rien n’est indiqué sur l’origine du poisson. Elles sont mises en boite de façon traditionnelle (bretonne) : sardines fraiches, préparées à la main et cuites à l’huile.

Malgré quelques vides, le travail de mise en boite est de qualité : les sardines présentent leur côté argenté et sont en bon état. L’huile d’olive est curieusement un peu trouble au fond de la boite.

En bouche, la chaire se dissout contre le palais. L’huile d’olive apporte de l’amertume et de la minéralité plutôt que la rondeur du fruité. Les sardines se sont gorgées d’huile d’olive. Le goût du poisson est bien présent et confondu avec celui de l’huile. J’aurai préféré une huile plus fruitée, celle-ci est un peu sèche à mon goût !

Ma note 100% subjective : 4/5
Voir la liste de nos dégustations

[La Compagnie Bretonne du Poisson] Sardines à l’huile d’olive vierge extra bio – millésime 2013 – 6 ans d’age

Année de dégustation : 2019

Voici donc une boite de sardines à l’huile d’olive vierge extra bio de La compagnie bretonne du poisson millésime 2013. Oui elle a passé quelques années dans mon placard !

Elle est magnifiquement illustrée par un navire « à la Rothko »… enfin moi j’aime beaucoup ! Cette boite m’a été offerte par un proche et je n’ai aucune idée de son prix. Le millésime 2018 est commercialisé sur le site de la conserverie à 4.50 euros (nous sommes donc dans le haut de gamme).

La date limite de consommation est dépassée depuis un an et demi. Ces sardines proviennent d’une pêche de 2013 au cœur de la saison (août). Elles ont été préparées traditionnellement à partir de poissons frais travaillés à la main et cuits dans l’huile.

Le beau navire de la boite est l’œuvre de Jean-Yves Le Marc.

Ces sardines viennent de Bretagne du port de Sant-Guénolé dans le Finistère.

La mise en boite est loin d’être impeccable avec des sardines abimées et un peu sombres. Néanmoins, après 6 ans en boite, elles ont peut-être mal vécues les retournements successifs…

En bouche, ces sardines ont un moelleux incroyable. L’arrête centrale a évidemment disparue et elle fonde entre la langue et le palais sans jamais se désagréger. Elles sont confies de gras. Les arômes de la chaire du poisson sont bien présents, soutenus par ceux d’une huile d’olive très fruitée. Un régal

Ma note 100% subjective : 4,5/5
Voir la liste de nos dégustations

 

[Fish4Ever] Sardines pimentées à l’ail

Année de dégustation : 2019

J’ouvre aujourd’hui une boite de sardines pimentées à l’ail Fish4Ever. Cette boite m’a été offerte par la conserverie. Elle vaut un peu plus de 4 euros en boutique bio. Fish4erver met en avant sa transparence et son souci de l’environnement et des hommes.

Comme l’indique la vignette en bas à gauche, ces sardines sont mises en boite en Espagne. Comme nous allons le voir, elles ont été pêchées bien plus loin, ce qui est plutôt étonnant dans une perspective de développement durable.

De l’ail et du piment en poudre accompagne ces sardines, le tout étant baigné dans de l’huile d’olive vierge extra.

Le service This Fish permet de tracer l’origine de ces sardines (avec le code indiqué au dos de la boite cartonnée). Comme vous pouvez le voir sur la capture ci-dessus, elles sont le fruit de la pêche d’un bateau gallois au large des côtes anglaises. La méthode de pêche est le filet à anneaux. Les informations suivantes sont également fournies :

  • Zone de récolte: Cornish Coast
  • DÉBARQUÉ À: Newlyn, United Kingdom
  • Date d’atterrissage: 16 janvier 2017
  • Date de récolte: Récolté le Jan 16, 2017
  • Atterri à Newlyn, United Kingdom

La traçabilité est exceptionnelle. Ces sardines ont donc été pêchées en janvier 2017. Janvier n’est pas du tout dans la saison de pêche. Cette boite a deux ans d’age.

Le taux de sel est exceptionnellement bas : 0,33 g ce qui est excellent sur le plan diététique.

La mise en boite est très moyenne : les sardines sont abimées et sombres.

En bouche, ces sardines sont très fermes malgré les deux ans en boite. Comme souvent avec les sardines pimentées, le piment domine. L’ail se marie néanmoins très bien avec le piment : il l’adoucit, « arrondit » son goût quelques peu agressif. Ce mélange unique est vraiment bien vu et réussi. Malgré le cocktail gustatif explosif, constitué par le piment et l’ail, le poisson ressort malgré tout un peu, mais pas l’huile d’olive. Au final, j’ai trouvé ces sardines bonnes.

Ma note 100% subjective : 3/5
Voir la liste de nos dégustations

[Maruha Nichiro] イワシ醤油 – Sardines Kabayaki

Année de dégustation : 2019

Nous ouvrons aujourd’hui une boite de Sardines Kabayaki mise en boite par l’entreprise japonaise Maruha Nichiro. Je ne connais pas le prix de cette boite car elle m’a été offerte par une amie à son retour du Japon. Mes amis sont formidables !



Sardines, en japonais

La sauce Kabayaki est une sauce typique d’un plat japonais à base d’anguille et de sauce soja ou shoyu (voir Wikipédia, en anglais). Le poisson est grillé après avoir été trempé dans la sauce.

Maruha Nichiro est une grosse entreprise japonaise qui fait certes des conserves de poissons, mais aussi de la viande de bœuf ou encore des cosmétiques ! Côté poissons, l’entreprise est spécialisée dans l’aquaculture en particulier de thons avec une production de 3400 tonnes en 2016… nous sommes loin du pécheur traditionnel.

Aquaculture de l’entreprise Maruha Nichiro au Japon

Différentes conserves de la marque… remarquez l’usage des termes français « La Cantine » !

Comment ouvrir votre boite…

Avec une DLC en 2021, nous pouvons déduire… rien du tout ! Je n’ai en effet aucune idée du fonctionnement des DLC au Japon.

Oui, cela ne m’a pas fait non plus très envie…

Difficile de donner un avis sur ce produit atypique. Le poisson a été grillé, d’où son état. Une fois dans l’assiette, les sardines sont bien plus reconnaissables.

En bouche, la chaire n’est ni ferme, ni fondante. Elle se sépare en morceaux. La sauce shoyu (soja) domine largement, apportant beaucoup de sucre. Les goûts de la chaire du poisson et de l’huile sont bien trop masqués. Je ne suis pas amateur en général de ce qui est sucré… là, c’est déjà trop pour moi. Pourtant, j’ai pris grand plaisir à découvrir cette boite venue d’Asie qui m’a donné l’occasion de regarder ce qui se fait au Japon.

ありがとうございました

Ma note 100% (très) subjective : 2.5/5
Voir la liste de nos dégustations